photoprofilinstaIl y a bien un domaine qui regorge d’experts en tout genre et de spécialistes tous plus informés les uns que les autres, c’est bien celui de la musculation et de la nutrition sportive. Je suis toujours autant étonné de voir des pratiquants débutants penser détenir la sainte vérité avec LE programme à la mode pour développer ses pectoraux, ou bien encore une formidable boisson « détox » pour perdre sa petite bouée accumulée pendant les périodes festives …

Qui n’a jamais reçu des « conseils » d’une connaissance n’ayant aucune légitimé, si ce n’est de s’assoir devant la télévision et ressortir les idioties que veulent nous vendre les médias et les industries agro-alimentaires ?

Cet article est une petite compilation de certains mythes et idées reçues que l’on peut entendre ici et là en salle de sport, lors d’un repas de famille ou bien encore au bureau.

#1 Supprimer les graisses pour perdre du gras.

Quoi de plus simple que d’accabler les graisses des pires maux ? Condamnées et boycottées depuis des décennies, il est là une des pires erreurs que vous pourriez commettre. Lorsque ses apports sont équilibrés et judicieusement choisis, les lipides sont fondamentaux pour l’amélioration de la santé, la diminution de l’inflammation ainsi que la fonte des graisses et la prise de muscle.

Pensez à rééquilibrer votre balance oméga 6 / oméga 3 en faveur de ces derniers, vos hormones vous en remercieront.

#2 Si j’arrête de m’entrainer, mes muscles se transformeront en gras.

Les tissus musculaires et les tissus graisseux sont deux entités au sein du corps humain, de composition et de fonctionnement bien distinct. En déplaise à vos détracteurs, le passage de l’un vers l’autre est physiologiquement impossible.

L’arrêt de la musculation engendrera cependant une fonte musculaire car notre corps n’a aucune utilité à conserver tous ces muscles. Et bien évidemment, si l’on conserve la même approche nutritionnelle lors d’un arrêt de toute pratique sportive, il est normal de faire du gras !

#3 Une femme ne doit pas faire de musculation sous peine de devenir musclé comme un homme

Un des poids lourds de la catégorie, la crème de la crème des âneries ! Celui là, je lui ai même dédié un article entier sur un blog féminin :

→ Les femmes et la musculation

#4 La musculation doit être interdite pour les adolescents.

… sous peine de ralentir leur croissance et engendrer de graves problèmes de développement.
Rien de tout ça n’est prouvé scientifiquement !

Plus intéressant encore, si l’on se penche sur les études sérieuses, on constate des bénéfices sur la santé osseuse des jeunes. Lorsque les différentes composantes essentielles telles que la nutrition et le sommeil sont correctement mises en place, il est prouvé que la musculation permet la prévention des blessures ainsi que l’optimisation de leur pratique sportive.

Bien évidemment, il est nécessaire d’être encadré par un professionnel diplômé.
#5 Le sur-entrainement me guette.

Alors non, s’entrainer une à deux heures 5 fois par semaine n’est pas et ne sera jamais du sur-entrainement…. A moins de ne pas manger en adéquation avec ses exigences métaboliques ou ne pas dormir assez.

 Auquel cas le sur-entrainement est la dernière de vos préoccupations.

#6 Faire du cardio à basse intensité est la meilleure solution pour brûler plus de gras.

Les études de ces dernières années nous montrent l’intérêt de l’entraînement par intervalle à haute intensité ( HIIT ) par rapport au cardio training classique à basse intensité lorsqu’il s’agit d’optimiser la perte de gras. De plus, ce protocole vous permettra de gagner du temps car il s’effectue sur une plus courte période ( 10-15 minutes maximum ).

Ma préférence ira aux sessions de HIIT effectuées sur rameur, qui est un appareil très complet et efficace pour développer ses qualités physiques.

#7 la créatine est dangereuse pour la santé

Le paradoxe de la créatine est remarquable : c’est le complément alimentaire le moins bien connu du grand public et avec le plus grand nombre d’idées reçues. Mais c’est aussi celui qui a été le plus étudié.
En effet, on recense aujourd’hui des milliers d’études scientifiques qui ont été menées depuis les 50 dernières années. Ce dérivé d’acides aminés naturellement présent dans vos muscles, dans la viande et dans le poisson ne présente pas de danger pour les reins ou bien pour la santé en générale.

Je recommande cependant la consommation de la forme « monohydrate » qui s’assimile à 100% et certifiée du label allemand « Créapure » qui est un gage de haute qualité.

Fractionnez votre prise quotidienne ( 5 grammes répartis aux repas et collations ).

#8 Je ne suis pas fais pour la musculation, je suis ectomorphe.

Imposer l’idée que l’on est pas fait pour ce sport est une démarche peu louable. Surtout quand celle ci ne repose sur aucun fondement scientifique ni justifications sérieuses. Ces morphotypes ont été inventé par un psychologue dans les années 40 d’après de simples observations…

Ne négligeons pas cependant le déterminisme génétique et la prédisposition pour certains domaines, il y aura toujours des personnes plus douées que nous et qui progresseront plus vite.

J’insiste par contre sur la possibilité pour chaque individu d’évoluer et d’améliorer durablement son physique avec détermination, assiduité et persévérance.

#9 Je n’arrive pas à faire grossir tel muscle ( insérer votre point faible )

YES you can. Il faudra simplement apprendre à recruter son muscle. Alors certes, comme expliqué en #8, la génétique et mère nature ne nous a pas gâté, et ce point faible ne sera pas notre meilleur atout. Mais vous pouvez rééquilibrer votre physique et remettre à niveau n’importe quelle zone en retard.

 L’apprentissage moteur, la contraction volontaire et l’exécution parfaite des exercices seront des éléments clés dans la réussite de votre objectif.

#10 Une calorie équivaut à une autre calorie.

La mode de la diète flexible ou « flexible dieting » ( IIFYM ) est très répandue outre atlantique. Le principe réside dans un total en macro-nutriments à respecter chaque jour. Cela se traduit souvent par la consommation de produits industriels et raffinés sous prétexte que cela est acceptable du moment que l’on ne dépasse pas les pourcentages en protéines, lipides et glucides préalablement établis.

Cela peut faire rêver sur le papier mais la réalité en est tout autre, un exemple : 200 calories de glucides raffinés remplis de conservateur, édulcorants de synthèse et autres additifs ne sera jamais égales à 200 calories de glucides issu d’une fécule ayant poussée naturellement dans la terre.

Adopter cette approche ne peut résulter qu’à augmenter son résistance à l’insuline, retarder sa prise de muscle et favoriser la prise de gras mais également s’exposer à des problèmes de santé sur le long terme. ( cf produits raffinés )

Leave a comment