soleil-coeur_690x350

La carence en vitamine D est telle que les spécialistes parlent d’un scandale sanitaire. En effet, les études de ces dernières décennies nous apprennent que plus de 80% de la population française a un déficit majeur.

L’exposition solaire est la solution la plus efficace pour que notre corps synthétise cette précieuse vitamine. Le problème est que la France ne reçoit pas les rayons UV nécessaires ( les UVB ) entre les mois de novembre et de février. Ajoutons à cela, la latitude, l’heure d’exposition, la couverture nuageuse, la pollution, la couleur de la peau et l’utilisation de crèmes solaires ou non…

Voyez-vous où je veux en venir ? le problème est sérieusement en train de se corser. Car si l’on prend un individu vivant en France toute l’année et s’exposant pendant de brèves vacances d’été au soleil MAIS s’enduisant de toutes sortes de crèmes solaires chimiques il ne produira toujours pas de vitamine D.

Certaines industries agro-alimentaires ont donc surfé sur la vague du marketing et ne se privent pas d’afficher comme argument de vente que leur produit est « riche » en vitamine D. Le problème ? ces apports sont tellement insignifiants qu’ils ne permettent pas de remonter un taux en carence …

I – La vitamine D en chiffres, pour mieux comprendre son impact sur notre corps :

La survenue d’un certain nombre de maladies est étroitement liée au taux de vitamine D présent dans le sang.

→ Un taux sérique égal ou inférieur à 10 ng/ml est synonyme de carence.

→ Avec un taux de 35 ng/ml on constate une diminution de 83% du risque de grippe saisonnière ainsi que du risque d’hypertension artérielle de 78%.

→ Avec un taux de 45 ng/ml on constate une diminution du risque d’ostéoporose et de tous types de fracture de 50%.

→  Avec un taux de 75 ng/ml on constate une diminution de plus de la moitié du risque de cancer du sein, du pancréas, de la vessie, de l’endomètre et du rein.

Je n’ai cité ici que quelques chiffres parmi tant d’autres pour vous montrer le danger d’une carence en vitamine D. Poursuivons par un schéma représentant la liste des maladies pouvant être totalement ou partiellement prévenues en fonction de la concentration en vitamine D dans le sang.
Un point important réside dans l’absence totale d’effets secondaires pour de tels taux. Nous sommes donc en présence ici d’un moyen efficace et sans danger pour se prévenir de telles pathologies.

TableauVitamineD

II – Les questions fréquentes autour de la vitamine D :

#1 Quelle forme dois-je consommer ? la D2 ou la D3 ?
C’est la forme D3, car c’est elle que nous produisons naturellement au niveau de notre peau lors d’une exposition solaire. De plus, c’est elle qui produit les bénéfices au niveau de la protection des maladies.

#2 Comment déterminer le taux dont mon corps à besoin ?
Une formule simple et scientifiquement validée existe : multipliez votre poids de corps par 75. Vous obtiendrez le nombre d’unité nécessaire par jour.

#3 Existe-t-il un dosage à ne pas dépasser ?
Les experts conseillent de ne pas aller au delà d’une prise quotidienne de 10 000 UI. Il est intéressant cependant de préciser qu’une exposition totale du corps en été entre 12h et 14h synthétiserai entre 10 000 et 20 000 UI de vitamine D3 en 30 minutes.

#4 Je m’expose régulièrement en été, ai-je besoin de me supplémenter ?
Comme expliqué plus haut, si vous êtes protégez par des vêtements ou bien par de la crème solaire votre corps ne produira pas de vitamine D. Je conseil donc l’exposition brève et journalière en début d’après-midi. Privilégiez t-shirts et chapeaux si l’exposition doit perdurer plutôt que de s’enduire de substances chimiques.

#5 Est-il dangereux de s’exposer au soleil si l’on se supplémente ?
Aux doses citées précédemment, aucun surdosage n’est possible car notre peau possède un système de régulation cutanée. Celui ci bloquera sa production lorsque le bon taux dans le sang est atteint.

III – La vitamine D et le sportif :

Outre tous les intérêts en terme de prévention des maladies qu’il nous est permit d’obtenir grâce à cette vitamine, et comme vous êtes ici sur un blog visant notamment la performance dans le milieu sportif, il me tenait à coeur de vous citer des raisons supplémentaires pour veiller à ne pas être en carence.

→ Dans une étude récente, le passage d’un état de carence à un taux normal de vitamine D dans le sang à permis à des athlètes d’accélérer la production de créatine intramusculaire à hauteur de 30%. On constate donc ici un gain d’énergie non négligeable.

→ Dans une autre étude, des athlètes ayant un bon taux de vitamine D ont reçu une supplémentation en vitamine D soit un placebo. Les résultats nous montrent une diminution du catabolisme musculaire pour le groupe sous vitamine D3. Cela se traduit sur le long terme par un gain de masse musculaire.

→ Un passage en revue de plusieurs études par un groupe de chercheurs ont déterminé l’amélioration significative de la force musculaire chez des individus se supplémentant à hauteur de 4000 UI / jour .

IV – Les ampoules sont à proscrire !

Fréquemment prescrites par les médecins à raison d’une à deux cures par hiver, les ampoules comme l’UVEDOSE contiennent 100 000 UI de vitamine D3.
Le problème réside dans la faible persistance de la vitamine dans le sang. En effet, au bout de 2 semaines le taux rechute pour se retrouver dans la zone de déficit passée la 3ème semaine.

On comprends donc l’inutilité d’une telle démarche, et l’intérêt d’une supplémentation journalière qui se rapproche plus de la physiologie classique de l’exposition solaire.

Mais ce n’est pas fini …

L’UVEDOSE contient un additif alimentaire ( E321 ) qui est sujet à controverse dans plusieurs études, ainsi que de la saccharine qui est un édulcorant artificiel. La prudence est évidemment de rigueur vis à vis de ce genre de substances et elles n’ont strictement rien à faire dans une supplémentation en vitamine D !

V – Que choisir ?

Il suffit de se rendre en pharmacie et demander le « Zyma D ». Ce produit est vendu sans ordonnance et contient uniquement de la vitamine D3.
Attention à ne pas prendre du « ZymaDUO » qui est enrichi en fluor ( inutile en supplémentation et dangereux selon les études récentes ), et contenant un nombre élevés d’excipients inutiles.

Leave a comment